RSDOUBLAGE
contactez-nous

Ronan Rivet

Doublage

télévision, VOD & DVD
2019
série
2012/2017
Longmire (Jelly)
série
2014/....
série
2010/....
Blue Bloods (Victor Bajek)
série
2017/....
The Sinner (Jamie jeune)
série
2014/....
Chicago Police Department (Officier Leavins)
série
2013/2020
Ray Donovan (Gary O'Malley jeune)
série
2018/....
Carlo & Malik (Hum Lim)
série
1999/....
série
2019/....
série
2015/2016
Les Experts : Cyber (Kevin Cane)
série
2014/....
série
1999/....
série
2014/....
série
2012/2019
Elementary (Arnold)
série
2010/2020
Hawaii Five-0 (Carter Akana)
série
2014/....
cinéma
2020
War with Grandpa (8th Grade Monster)
télévision, VOD & DVD
2019
série
1999/....
télévision, VOD & DVD
2019

Formation

2011 Baccalauréat L (spécialité théâtre + option théâtre, avec Présentations de travaux au TGP de Saint-Denis), mention AB. Lycée Gustave Monod d'Enghien-les-Bains
Stage théâtre/cinéma dirigé par Véronique Caye. Centre des Arts d’Enghien-les-Bains (dans le cadre de l’option théâtre du lycée)
Septembre 2011 à Juin 2014 : Licence d'Etudes Théâtrales. Sorbonne Nouvelle (Paris 3)
2011 Stage "Le Théâtre du Mouvement" dirigé par Catherine Dubois. Sorbonne Nouvelle
2012 Atelier autour du théâtre surréaliste dirigé par Mirabelle Rousseau. Sorbonne Nouvelle
Atelier théâtre sur le thème de l’Etonnement dirigé par Jean-Yves Lazennec. Sorbonne Nouvelle
Année 2012/2013 : Conservatoire à Rayonnement Départemental d’Argenteuil (théâtre avec Michelle Brûlé, technique vocale avec Françoise Dumé)
2013 Atelier théâtre autour de textes de Marivaux, dirigé par Nicolas Lormeau. Sorbonne Nouvelle
Stage « Le Jeu et le Doublage » encadré par Vincent Violette, Elisabeth Fargeot et Magali Barney. Le Magasin (compagnie Vagabond)
Atelier autour des arts de la marionnette dirigé par François Lazaro. Sorbonne Nouvelle
2014 Atelier autour du "théâtre épique" dirigé par Jean-Yves Lazennec. Sorbonne Nouvelle
2014/2015 Atelier d’improvisation dirigé par Camille Prioul. Atelier Alternatif. Paris
Septembre 2015 à Juin 2018 : Cours Florent Paris, classes de Julie Lavergne, Serge Brincat, Christophe Garcia, Antonia Malinova (théâtre) + classe de Timothée Leuba (masque) + classe de Laurent Austry (chorale)
2019 Atelier Voix Off avec Leilou Bellisa
Training doublage chez Tout Pour Jouer, avec Jean-Pascal Quilichini
2019/2020 Ateliers chez Rhinocéros Formation : Doublage, voice over, livre audio et jeu vidéo
2020 Training doublage chez Tytan Production (Pierre-François Pistorio, Stéphane Marais)

Courts métrages

2016 "Identité" réalisé par Alix Corre
2016 "In Fine" réalisé par Alix Corre

Langues

Anglais (niveau correct)
Espagnol (notions)

Sports

Tennis de table

Théâtre

2012 "Le Festival Gripari" (Spectacles et lectures autour de textes de Pierre Gripari en écoles et en plein air) - mise en scène de Marc Favier. Enghien-les-Bains
2017 "Fragments" (Présentation de travaux autour de l'oeuvre de Rodrigo Garcia) - mise en scène de Serge Brincat. Cours Florent. Paris
2018 Présentation de travaux autour de l'oeuvre de Marius von Mayenburg - mise en scène de Serge Brincat. Cours Florent. Paris
2018/2019 "Hot House" de Harold Pinter - mise en scène de Théo Genin. Cours Florent, Théâtre Clavel, Théo-Théâtre. Paris : Un patient

Interview

R.S : Bonjour Ronan.

R.R : Bonjour Reynald !

R.S : Tu as passé un baccalauréat L (spécialité théâtre + option théâtre). Tu avais déjà le désir de t’engager professionnellement par la suite dans la comédie ?

R.R : Oui, le théâtre m'a toujours attiré. J'ai pris des cours de théâtre dans ma ville, de mes 8 ans à mes 15 ans, et en parallèle, dès que mon collège ou mon lycée proposait une option ou un atelier théâtre, je m'y précipitais allègrement ! J'ai même continué jusqu'à la fac, mais la recherche universitaire ne me motivait pas. Le métier de comédien a très vite été le seul qui m'intéressait sérieusement.

R.S : Comment as-tu commencé ton trajet de comédien, comment doit-on s’y prendre ? Tu n’as pas eu d’inquiétudes concernant ta survie matérielle ?

R.R : J'ai été initié au doublage lors du stage que j'ai fait au Magasin, à l'été 2013, entre deux années de fac. C'était avec Vincent Violette, Elisabeth Fargeot, et Magali Barney. Je voulais vraiment découvrir le doublage, et je me suis renseigné sur Internet sur les formations existantes. N'étant pas intermittent, j'ai eu la chance que mes parents me financent le stage, comme gros cadeau pour mes 20 ans qui approchaient. Ils m'ont toujours soutenu sur mon parcours artistique, sachant très bien que c'est une voie qui me plaît depuis longtemps, et que ce stage me serait utile professionnellement. Puis, un certain temps après le stage, j'ai pu commencer le doublage, et je suis entré au cours Florent ensuite. Je voulais une formation d'acteur plus pratique, plus solide, plus "officielle", que ce que j'avais eu avant, au collège, au lycée et à la fac. Jusqu'ici, professionnellement, c'est surtout en doublage que j'ai pu travailler. Les studios étaient mes principaux lieux de démarche. J'essaie, en ce moment, de prendre plus d'initiatives concernant les autres disciplines du métier de comédien pour varier les expériences. Mais je prends vraiment beaucoup de plaisir à travailler en studio. Pour ce qui est du côté financier, au moment de cette interview, j'ai la chance d'être encore chez mes parents, mais évidemment, la question de l’indépendance financière se pose de plus en plus pour moi. Et puis les parents s'inquiètent souvent pour leurs enfants lorsqu'ils s'engagent dans un métier aussi difficile que celui-ci.

R.S : Le doublage était donc une discipline à laquelle tu pensais depuis longtemps ?

R.R : Oui ! J'ai toujours été sensible aux voix. La parole et les mots ont toujours été pour moi des points forts sur lesquels j'ai beaucoup compté, que ce soit dans mon parcours scolaire, ou dans ma formation de comédien. Petit, j'ai passé pas mal de temps devant les dessins animés, comme beaucoup d'enfants j'imagine, et je m'amusais à moduler ma voix, à essayer d'imiter ce que j'avais entendu. Puis, plus je grandissais, plus je reconnaissais les voix et recherchais les noms des personnes que j'entendais régulièrement dans les VF à la télé ou au cinéma. Donc, en effet, le travail du doublage, ou de la voix de manière générale, m'intéresse particulièrement, et ce depuis très longtemps.

R.S : Quelles t’ont semblé les principales difficultés, si toutefois tu en as éprouvé, lorsque tu as découvert cette technique très particulière ?

R.R : Je crois que la principale difficulté pour moi, c'était de trouver une certaine détente face au micro, ce qui est une base pour tout le reste. Avec l'envie bien faire et de faire mes preuves, le stress impactait ma gestion de la bande rythmo, mon placement vocal, ma diction, et donc mon jeu en général, car mon attention se focalisait trop sur les difficultés techniques. Mais cette décontraction est un aspect que je continue toujours à travailler à mesure que je fais mon petit chemin, et que je gagne en expérience dans ce métier.

R.S : Comment as-tu réussi à faire tes premiers pas rémunérés devant une bande rythmo ?

R.R : J'ai mis un peu de temps à me lancer dans les démarches après le stage au Magasin : d'abord timidement en 2014, puis c'est devenu plus régulier en 2015. Et c'est cette année-là que j'ai eu mes premiers contrats avec Bruno Dubernat, puis avec Catherine Le Lann. J'avais pu plusieurs fois assister à leurs plateaux, et lorsqu'on écoutait le résultat des prises, je pouvais parfois lire à haute voix depuis mon siège les répliques de certains personnages qui n'étaient pas encore faits, pour voir si j'étais en place et si j'arrivais à être dans le jeu. C'est comme ça que tous les deux m'ont entendu et m'ont fait travailler plusieurs fois chacun. Ensuite j'ai commencé les cours Florent en septembre 2015, période à laquelle j'ai très peu mis les pieds en studios. Une fois le cursus fini, j'ai enfin repris régulièrement les démarches. Et c'est depuis début 2019, que j'ai pu recommencer à travailler en doublage, de plus en plus régulièrement.

R.S : As-tu le sentiment d'apprendre quelque chose en tant que comédien lorsque tu doubles un acteur étranger ?

R.R : J'ai encore beaucoup à apprendre, donc chaque expérience est enrichissante. Je trouve utile de devoir entrer très vite dans une scène que l'on découvre sur le moment : ça demande  d'être réactif et à l'écoute, et ce sont qualités très importantes pour ce métier, que ce soit en doublage, au théâtre, face à la caméra, etc. Et le fait de devoir me calquer sur le comédien à l'écran, m'aide aussi à repérer ce que je peux travailler du point de vue de l'émotion, de la technique et de l'énergie, pour améliorer mon propre jeu en général. Et ce, quelle que soit la langue. Quand c'est autre chose que de l'anglais, la musicalité change, évidemment, mais de toute façon le but est de se concentrer sur le jeu.

R.S : Quels sont tes loisirs ?

R.R : Oh, rien de bien original : lire, regarder des films et des séries, écouter de la musique... J'aime bien la musique a capella, notamment. On en trouve de plus en plus depuis quelques années. J'adore les harmonies vocales, ça me touche beaucoup. Enfin, de manière générale, j'adore les belles voix.

R.S : Merci beaucoup Ronan.

R.R : Avec plaisir ! Merci beaucoup Reynald !

Interview de mars 2020
Top