RSDOUBLAGE
contactez-nous

Julie Léger

Doublage

série
2016/....
série
2018/....
série
2016/....
série
2017/....
Star Trek : Discovery (Amiral Cornwell)
télévision, VOD & DVD
2016
Le rituel du 9e jour (Caroline Salter)
série
2018/....
série
1999/....
série
2014/....
série
2010/....
Blue Bloods (Tess Cahill)
série
2012/....
Arrow (Greffière du tribunal)
série
2014/....
série
2014/2015
série
2014/....
Chicago Police Department (Liza Tannebaum)
série
2014/....
Scorpion (Principale Pastorneck)
télévision, VOD & DVD
2014
Dans l'engrenage de l'amour (Annette Prather)
série
2014/....
Scorpion (Journaliste)
série
2014/....
série
2010/....
Hawaii Five-0 (Natalie Barton)
télévision, VOD & DVD
2019
série
2008/2015
Mentalist (Mindy Fernandez)
série
2014/....
Silicon Valley (elle-même)
série
2017/....
télévision, VOD & DVD
2018
télévision, VOD & DVD
2018
série
2010/2013

Voix

Audiodescription
Angle mort (Nabil Ben Yadir)
Audiodescription
L'eau froide (d'Olivier Assayas)
Documentaire
La nouvelle ruée vers l'or
Documentaire
Le cinéma dans l'oeil de Magnum (de Sophie Bassaler)
Documentaire
When vacation
Documentaire
Woman at top

Formation

Théâtre : Cours de Jean-Laurent Cochet & Method Acting Center
Voix : Formation "Le jeu et le doublage / voice over - commentaire" - Le Magasin & Training en studio professionnel - Association Coachs Associés
Danse : Modern-jazz, Classique, Afro-brésilien, Claquettes
Musique : Chant, Piano, Guitare
Comédie musicale : Cours à l'AICOM
Sport : Equitation (Galop 3), Yoga, Boxe

Chant

Tessiture alto

Danse

Modern-jazz

Langues

Anglais & Italien

Radio

2014 "Le jour où ma soeur a eu son appendicite". France Culture

Théâtre

2018 "Le Misanthrope" de Molière, dans le rôle d'Arsinoé. Théâtre Montmartre Galabru, Paris
2018 "Le Misanthrope" de Molière, dans le rôle d'Eliante. Lens, Mayenne, Lassay-les-Châteaux
2016 "Deux Femmes pour un Fantôme" de René de Obaldia, dans le rôle de Viviane. Théâtre du Temps, Paris
2014/2015 "Richard III" de W. Shakespeare, dans le rôle de La Reine Elisabeth. Lassay-les-Châteaux (2014) & Sceaux (2015)
2013 "Henry V & Henry VI Première partie" de W. Shakespeare, dans le rôle d'Alice. Sainte-Suzanne (2013)
2012/2013 "Le Sexe faible" de E. Bourdet, dans les rôles de Lily & Dorothy. Théâtre Montmartre Galabru, Paris
Scènes publiques de Jean-Laurent Cochet :
2013 "Lucrèce Borgia" de Victor Hugo (extrait), dans le rôle de Lucrèce Borgia. Auguste Théâtre, Paris
2012 "Andromaque" de Racine (extrait), dans le rôle d'Hermione. Auguste Théâtre, Paris
2009 "La Stratégie du Minotaure" création d’Elisabeth Rossé. Théâtre Koltès, Nanterre
2007 "Atelier de Pierre Forest" Théâtre Mouffetard, Paris

Interview

R.S : Bonjour Julie.

J.L : Bonjour Reynald.

R.S : Vous avez suivi assez longtemps une formation au cours Jean-Laurent Cochet, très réputé je crois. Que diriez-vous y avoir appris ?

J.L : Je ressens comme un grand privilège d’avoir pu bénéficier de son enseignement. Monsieur Cochet est ce que l’on appelle, au sens noble du terme, un "Maître". Il nous aide à bâtir des fondations extrêmement solides sur lesquelles faire s’épanouir nos qualités de comédien, et même d’être humain. Comme pour une maison, quelle que soit la beauté des étages que l’on construit, s’ils ne reposent pas sur des fondations solides, ils ne pourront pas tenir debout. Monsieur Cochet nous transmet des outils fondamentaux : les trois règles d’or de la situation ("situation unique, note unique", "qui je suis, où je suis, à qui je parle", "partir de la fin"), la respiration, les ruptures vocales et rythmiques, la réaccentuation, le respect du phrasé et non de la ponctuation écrite, à jouer l’inflexion de la pensée et donc de la sensation et non les mots de la « brochure », prendre le personnage à son compte, déjouer, savoir écouter ("tu me parles, je t’écoute, j’en pense quelque chose, je te réponds"), faire son texte et lâcher-prise. A partir de là, il faut aussi être en recherche personnelle permanente, s’ouvrir à d’autres méthodes, mais on possède des bases inébranlables sur lesquelles construire la suite de son travail. Son enseignement est aussi l’apprentissage de l’exigence : au même titre qu’un musicien, un chanteur ou un danseur, un comédien a le devoir de travailler quotidiennement pour entretenir son instrument. En somme, travailler sa technique pour mieux l’oublier.

R.S : La formation est une chose, trouver du travail en est une autre ! Quel est le parcours d'un jeune qui n'est pas né dans le sérail ?

J.L : Il n’est effectivement pas aisé ! La première étape, qui nécessite du temps mais qui permet de progresser et d’accumuler des expériences, consiste à développer ses propres projets, notamment avec ses camarades de formation, sans attendre que les projets viennent à nous.

R.S : Pensiez-vous au doublage lorsque vous avez décidé de tenter votre chance en tant que comédienne ?

J.L : C’est d’abord le goût de la scène qui m’a conduite à me lancer dans le métier de comédienne. Le doublage est une idée qui m’est venue progressivement dans un deuxième temps. Le travail sur la voix, sur son pouvoir d’évocation à elle seule, m’intéressait beaucoup. J’ai donc choisi il y a quelques années d’utiliser mes droits AFDAS pour suivre une formation au doublage et elle m’a confirmé qu’il s’agissait d’un mode passionnant d’exercice du métier de comédien.

R.S : Qu'avez-vous tiré de votre stage de doublage au Magasin ?

J.L : Tout d’abord, l’apprentissage d’une technique très spécifique. Lorsque l’on se sent (à peu près) à l’aise avec la technique, on peut davantage se concentrer sur le jeu lui-même. J’ai eu d’excellents professeurs, très complémentaires les uns des autres: Vincent Violette, Elisabeth Fargeot, Céline Monsarrat et Jean Barney.

R.S : Y a-t-il pour vous une différence entre le fait de jouer la comédie sur une scène et celui de la jouer devant une bande rythmo ?

J.L : C’est à la fois très différent et très complémentaire. La scène nécessite un long processus de recherche et de répétitions, pour composer son personnage, le faire sien, lui permettre de s’incarner à travers nous. Le doublage impose au contraire d’être dans l’intégration immédiate de la situation et du personnage, tout en s’imprégnant également du jeu du comédien à l’écran, contrainte qui n’existe pas sur scène. Cela implique une grande spontanéité dans l’expression des émotions et j’ai le sentiment que cela a enrichi mon jeu de comédienne sur scène, en développant ma capacité à suivre mon intuition au-delà du travail préparatoire.

R.S : Vous pratiquez la boxe ! C'est un choix assez inhabituel pour une femme, me semble-t-il ?

J.L : Je ne pratique pas la boxe dans une optique de combat, mais simplement comme une discipline sportive comme une autre. Outre ma pratique constante de la danse (classique, modern-jazz, afro-brésilien) depuis l’âge de 5 ans, j’ai toujours eu des activités sportives annexes et la boxe est l’une d’entre elles. L’équitation est en réalité mon sport préféré mais c’est beaucoup moins facile à pratiquer quand on habite à Paris !

R.S : Quels sont vos hobbies ?

J.L : J’avoue qu’ils sont presque tous liés d’une manière ou d’une autre à mon métier, et au spectacle au sens large, puisque, avant d’être un travail, c’est une passion : la pratique personnelle de la danse et du chant, et puis aller au cinéma, au théâtre, lire...

R.S : Merci beaucoup Julie.

J.L : Merci à vous, Reynald.

Interview d'avril 2018
Top