RSDOUBLAGE
contactez-nous

Tom Boutry

Doublage

télévision, VOD & DVD
2018
série
2011/2017
Teen Wolf (Aaron)
série
2018/....
série
2014/....
The Affair (Etudiant en licence)
série
2017/....
Au fil des jours (Josh Flores)
cinéma
2019
série
2005/....
télévision, VOD & DVD
2016
série
2018/....
Das Boot (Gunther Maas)
série
1999/....
série
2016/....
Riverdale (Ben)
série
2017/....
You Are Wanted (Thomas Franke à 16 ans)
série
2011/2017
Teen Wolf (Alec)
série
2005/....
Esprits Criminels (Kevin Decker jeune)

Voix

Publicité
ZEbet, vos paris ont la cote (Voix des petites bêtes - Radio & télévision)

Formation

2014/2015 Cours Florent 3ème Année avec Olivier Tchang-Tchong (théâtre), Julie Recoing (théâtre)
2013/2014 Cours Florent 2ème Année avec Suzanne Marrot (théâtre)
2012-2013 Cours Florent 1ère Année avec Georges Bécot (théâtre & masque)
Bac littéraire mention Bien option théâtre

Cinéma

2013 "La Marche" réalisé par Nabil Ben Yadir, figuration

Courts métrages

2015 "La Porte du Cellier" réalisé par Camille Saut, rôle de Tristan

Langues

Anglais courant

Publicités

2017 "Volkswagen - The new Volkswagen Polo", rôle principal (internet, télévision, cinéma) Anorak Production

Télévision

2009 "La Ballade de Kouski" réalisé par Olivier Langlois, rôle de Victor adolescent

Théâtre

2015 "Huis Clos" de Sartre - mise en scène de Fanny Brucher, rôle du Garçon
2013 "Dans Les Bois" de Georges Bécot - mise en scène de l'auteur
2013 "La Faim du Loup" de François Roux - mise en scène de Georges Bécot

Web-séries

2015 "Noviwo" réalisé par Georges Bécot, rôle du Lierre

Interview

R.S : Bonjour Tom.

T.B : Bonjour Reynald !

R.S : Quel a été ton parcours de comédien ?

T.B : A l’âge de 8 ans j’ai commencé à prendre des cours de théâtre près de chez moi. Au collège je suis entré en "classe théâtre", puis j’ai suivi des cours au conservatoire d’Evreux, la ville d’où je viens. Au lycée je suis entré en seconde "option théâtre", c'est-à-dire des cours théoriques et pratiques sur le théâtre. A côté j’ai aussi suivi les cours facultatifs. Et ainsi jusqu’au bac. C’est d’ailleurs dans l’épreuve théorique que j’ai eu la meilleure note ! Après le lycée je suis parti à Paris et je me suis aussitôt inscrit ainsi aux Cours Florent.

R.S : J'imagine que les cours Florent ont été une bonne base de départ ?

T.B : Oui, pédagogiquement cela m’a énormément apporté, et permis de rencontrer beaucoup de gens avec qui je continue toujours d’établir des projets. Après, cela reste une école. Il faut savoir prendre ce qu’il y a à prendre, et faire la part des choses.

R.S : Comment as-tu débuté dans le doublage ?

T.B : J’ai eu la chance de rencontrer Anne Deleuze, comédienne reconnue dans le milieu du doublage, avec qui j’ai sympathisé et qui a pu me mettre en relation avec des directeurs artistiques. De fil en aiguille j’ai assisté avec d’autres directeurs artistiques, puis découvert d’autres studios. C’est grâce à elle si je suis ici, et je ne la remercierai jamais assez pour ces rencontres.

R.S : Arrives-tu à faire complètement abstraction de la technique ?

T.B : Il est vrai que le doublage requiert une technique particulière. La bande rythmo, l’image, le corps, et bien sûr la voix sont les principaux outils qu’il faut harmoniser et accorder. Une certaine habitude technique se crée à la barre ; il faut à la fois savoir prendre ses marques tout en se réinventant toujours pour le personnage auquel on prête sa voix. C’est un exercice très jubilatoire.

R.S : T'intéressais-tu aux V.F. avant de faire du doublage ?

T.B : Oh oui ! Petit je regardais beaucoup de dessins animés. Je connaissais toutes les répliques (et les chansons !) de mes Disney préférés. En grandissant, j’ai continué à regarder beaucoup de films, et toujours en V.F. On s’attache beaucoup aux personnages, et donc à la voix qu’ont ces personnages. La voix fait partie de l’identité quasiment au même titre que le physique. C’est à cette période que j’ai commencé à m’intéresser à comment on faisait ça, et à qui faisait ça. C’était il y a une dizaine d’années, peut-être moins, et je cherchais sur Internet tous les extraits que je pouvais trouver des comédiens qui doublaient mes personnages favoris. C’est très troublant de mettre un visage sur une voix que l’on entend pendant des années. Ces voix ont toujours fait partie de ma culture, au même titre que des chansons par exemple. Néanmoins depuis que je parle anglais je regarde tout en V.O. afin de rester plus proche du jeu du comédien original. La V.F. ne me rebute pas, mais désormais je pense au travail du comédien français, et essaie de comprendre comment il a joué la scène. Par exemple quand je regarde un film ou une série, il m’arrive fréquemment de regarder une scène en V.O. puis de la repasser en V.F. pour voir ce qui a été fait. C’est très enrichissant !

R.S : Le travail au micro t'apporte-t-il les mêmes satisfactions que le travail sur scène ou devant une caméra ?

T.B : Même si cela convoque des outils similaires, ça reste très différent. Le travail au micro est singulier dans la mesure où la voix n’est qu’un des éléments d’un tout, mais fait passer toutes les émotions. Aujourd’hui encore je me laisse surprendre de l’impact que peut avoir la voix sur une image, et l’émotion qui en résulte. J’ai le souvenir d’une performance (hors des plateaux de doublage) où une comédienne prononçait la phrase « je t’aime » plus d’une trentaine de manières différentes. Même si ça fait très cliché, chacune des manières donnait naissance à une nouvelle émotion, à une autre façon d’entendre "je t’aime". Le travail au micro permet vraiment cela, plus que sur scène ou devant la caméra, dans la mesure où tout doit passer par la voix.

R.S : Quels sont tes hobbies ?

T.B : Je suis un grand joueur ! J’ai toujours des jeux à la maison que je sors dès que je reçois des amis. J’adore aussi les sports aquatiques : natation, surf, wakeboard, que je pratique plutôt l’été évidemment ! Et bien sûr le cinéma. J’essaie de voir un maximum de films de tout genre, de suivre les comédiens que j’apprécie particulièrement, et de tout retenir !

R.S : Merci beaucoup Tom.

T.B : Merci à toi Reynald, et merci à l’intérêt que tu portes au doublage !

Interview de mars 2017
Top