RSDOUBLAGE
contactez-nous

Julien Sommer

• Genres :
Voix Adolescent garçon, Voix Jeune adulte homme, Voix Adulte homme, Voix Senior homme
• Tonalité :
Medium
• Langues parlées :
Anglais avec accent non déterminé, Espagnol, Italien
• Accents :
Allemand, Anglais, Italien

Doublage

télévision, VOD & DVD
2022
série
2021/....
Abbott Elementary (Homme du marketing des Eagles)
télévision, VOD & DVD
2023
télévision, VOD & DVD
2023
série
2024
Masters of the Air (Sgt. Monroe Thornton)
série
2018/....
FBI (Tristen)
série
2022/....
House of the Dragon (Ecuyer de Cole)
télévision, VOD & DVD
2023
Les chocolats de Cupidon (Mark Martinez-Spencer)
télévision, VOD & DVD
2023
L'Amour en jeu ! (Diego Vasquez jeune)
série
2015/...
Chicago Med (Nick Dunn)
série
2023
Poker Face (Beto)
télévision, VOD & DVD
2024
cinéma
2022
Comme un lundi (Yudai Sakino)
série
2021/....
télévision, VOD & DVD
2023
télévision, VOD & DVD
2023
télévision, VOD & DVD
2023
télévision, VOD & DVD
2023
Dream (Journaliste)
série
2023
Poker Face (Victor)
série
2018/....
FBI (Adil Kazem)
série
2021/....
cinéma
2024
Bad Boys : Ride or Die (Braqueur épicerie)
télévision, VOD & DVD
2022
télévision, VOD & DVD
2022
télévision, VOD & DVD
2022
The One (Pilote Vertolyota)
télévision, VOD & DVD
2024
La Québécoise (Antoine)
télévision, VOD & DVD
2024

Formation

2005 Baccalauréat général économique et social
2009/2012 Conservatoire du VIIème arrondissement de Paris
2009/2010 Conservatoire de Vernon
2023/2024 : Tytan, Dub School, Titra, O’bahamas, Rhinoceros

Marionnettiste

2001/aujourd'hui : Comédien marionnettiste aux marionnettes du Champ de Mars, 75007 Paris
2018/aujourd'hui : Directeur du théâtre des marionnettes du Champ de Mars, 75007 Paris
2019/2022 : Conception des marionnettes du spectacle Marie des poules, gouvernante chez Georges Sand de Gérard Savoisien. Mise en scène Arnaud Denis. Molière 2020 du spectacle de théâtre privé et Molière 2020 de la comédienne du théâtre privé Béatrice Agenin

Marionnettiste au marionnettes du Champ de Mars : Auteur, metteur en scène, costumier, manipula-tion, jeu, adaptateur de contes classiques ( une vingtaine au répertoire ), ouvreur, caissier etc.

Interview

R.S : Bonjour Julien,

J.S : Bonjour Reynald, merci de m’accueillir sur ton site.

R.S : Qu'est-ce qui t'a attiré vers le monde des marionnettes à l'âge de 15 ans ?

J.S : J’ai en fait été attiré vers ce monde dès l’âge de deux ans. Mes parents m’ont emmené aux marionnettes du Champ de Mars à cet âge, et je voulais y aller tous les week-ends. Je disais toujours "vers mes 4 ans, quand je serai grand je serai marionnettiste au Champ de Mars et nulle part ailleurs". Ce qui m’a attiré, c’est tout d’abord tout l’univers des contes, des histoires jouées (leurs richesses, le vocabulaire employé, la musique utilisée, etc.) les beaux costumes, les belles marionnettes. Les histoires qu’on nous raconte quand on est enfants prennent vie devant nous, et ça devient "vrai", c’est magique. Et puis les marionnettes sont devenues mes amies imaginaires et un repère important. On y découvre la joie, l’excitation, la peur, le soulagement, le bien, le mal, bref toutes les émotions qu’on peut ressentir et vivre à 500% quand on a entre 2 et 8 ans. A 15 ans, j’y suis retourné, et tout m’est revenu d’un seul coup : les odeurs, le ressenti, la voix de Luigi Tirelli (l’ancien marionnettiste qui était là depuis les années 50). J’ai demandé si c’était possible de voir le spectacle dans les coulisses et il a accepté. À la fin, il m’a fait tenir une marionnette, et j’avais tellement vu vu vu et revu les spectacles, que d'instinct je savais plus ou moins la manipuler. Il m’a dit de venir dès le lendemain pour aider à jouer. C’était le 17 février 2001. Dès ce jour, j'ai commencé à interpréter les rôles (que je connaissais par coeur) avec différentes voix, et mon rêve s’est réalisé, j’étais devenu marionnettiste au Champ de Mars.

R.S : Quels souvenirs as-tu de tes premières visites au théâtre du Champ de Mars ?

J.S : Je me souviens encore exactement de la toute première fois où j’y suis allé. Je devais avoir 2 ans et j’étais sur les genoux de ma mère. Je me souviens de la musique, de l’ambiance, et surtout d’avoir été un peu effrayé par un tremblement de terre qui avait lieu dans la pièce jouée ce jour là. Je pense que c’est ça qui m’a marqué ! Et puis finalement, après la peur est venu le soulagement de voir que Guignol, le héros des enfants, était sauvé et que les "méchants" avaient perdu et que tout se finissait dans la joie. Et, depuis ce jour là, je n’ai eu de cesse de réclamer à y aller. J’enregistrais même les spectacles sur mon poste à cassettes Fisher Price, et les réécoutais chez moi dans ma chambre en boucle. Je ne pensais qu’à ça.

R.S : Comment es-tu devenu directeur du théâtre en 2018 ?

J.S : Luigi m’avait fait, avant son décès, une lettre de recommandation pour la ville de Paris expliquant mon parcours et appuyant ma demande pour prendre sa suite. C’est un théâtre privé mais sur un lieu public, la ville avait donc un droit de regard. Mon dossier a été accepté et c’est comme ça que j’ai pu prendre sa suite et continuer d’exploiter le théâtre après son décès. Peu de temps après, Arnaud Denis, qui était spectateur au Champ de Mars quand il était enfant aussi, est venu me voir pour créer les marionnettes du spectacle Marie des poules, gouvernante chez Georges Sand de Gérard Savoisien, et le spectacle a remporté le Molière du spectacle théâtre privé ainsi que le Molière de la comédienne de théâtre privé en 2020 (Béatrice Agenin). Je suis fier d’avoir participé, à mon niveau, à ce spectacle, qu’il ait reçu ces récompenses et, pour la mémoire de Luigi, que le nom du théâtre de marionnettes ait pu être partagé sur l’affiche aux côtés des ces grands comédiens. Tout s’est un peu entremélé et ça a été une periode très enivrante et heureuse. Puis le Covid est arrivé et on a dû fermer pendant presque un an (en cumulant les 2 confinements) puisque nous étions les "non essentiels"...

R.S : D'où tires-tu ton inspiration pour écrire et mettre en scène de nouveaux spectacles ?

J.S : De plein de choses... des contes de fées évidemment mais aussi d’histoires traditionnelles, de légendes, et puis de mon imagination. Je choisis par exemple l’époque à laquelle la pièce va se passer, puis la trame. Combien d’actes aura le spectacle (minimum deux mais jusqu’à 7 ou 8 avec des changements de décors pour toujours entretenir le rythme et captiver les enfants). Ensuite je fais toutes mes entrées et sorties des personnages, j’ajoute les gags, les rebondissements, la musique (beaucoup de classique - j’adore Mozart - et c’est important de faire écouter aux enfants de belles oeuvres, ou alors des créations que je donne à orchestrer à un studio d’après les mélodies que je crée) et une fois que j’ai ce canevas, je sais où je dois aller et comment je vais y aller. Je crée les éclairages, qui sont une part importante pour le dynamisme de la pièce, et le tout combiné donne le spectacle. Je n’ai pas de texte écrit, tout est joué en direct et je rebondis beaucoup sur ce qui se passe dans la salle. Pour les nouvelles pièces, si besoin, je crée de nouveaux décors et de nouvelles marionnettes (je les dessine de face et de profil puis les donne à sculpter en tilleul, je les peins ensuite puis fais les costumes). Je peux me servir de celles que j’ai déjà aussi (environ 350). Les spectacles évoluent avec le temps et les interactions des enfants, et après quelques rodages je réadapte en fonction de ce qui a marché ou de ce qui a été un peu plus compliqué ou finalement qui n’était pas pertinent.

R.S : Pourquoi et comment t’es-tu dirigé vers le doublage ?

J.S : Le doublage m’a toujours attiré. Lorsque j’étais enfant je regardais souvent les reportages qui pouvaient passer parfois à la télévision sur le doublage et, surtout, sur des cassettes vidéo. Il y en avait parfois sur les coulisses des enregistrements. Je trouvais ça magique, et comme c’était beaucoup avec les dessins animés, ça me faisait penser aux marionnettes. Roger Carel avec toutes ses voix, Philippe Dumas aussi, Micheline Dax, Michel Roux, Patrick Préjean, mais Martine Sarcey aussi avec Ma sorcière bien aimée que j’adorais quand j’étais petit. Tout ces comédiens m’ont inspiré tout au long de mon enfance et ont aidé à créer mon univers, en plus évidemment, de tous ceux qui ont interprété les grands Disney des années 90, comme Claire Guyot par exemple avec la Petite Sirène qui a été le premier dessin animé que j’ai vu au cinéma.  Ensuite, en 2008/2009, j’ai rencontré un ami qui jouait au théâtre et qui s’est mis à faire du doublage, et à avoir des rôles importants. Je suis allé à une soirée chez lui et il y avait plein de comédiens. Un DA était là, on a parlé des marionnettes puis il m’a donné son téléphone pour que je vienne assister, mais j’étais tellement timide que je n’ai pas osé le "déranger" et ça en est resté là. Jusqu’à l’automne 2022, où un autre ami m’a parlé des stages de formation de doublage. J’y suis allé et j’ai commencé à apprendre la technique de la rythmo et à rencontrer différents DA. Au fil des rencontres, j’ai pu un peu assister (ce qui était compliqué après le Covid), puis à commencer les ambiances et petits rôles.

R.S : Comment se sont passés tes premiers pas dans cette branche de la profession ?

J.S : Très stressant car je suis sorti de mon cocon qu’était mon théâtre de marionnettes, où je suis maître de tout, mais surtout extrêmement enrichissant ! J’ai eu la chance que les premiers DA qui m’ont appelé soient vraiment doux et bienveillants et je les retrouve vraiment avec bonheur lorsqu’ils me rappellent. Petit à petit, le stress s’est transformé, même s’il y a toujours une petite appréhension, évidemment, de ne pas savoir quel personnage on va interpréter, si on va être à la hauteur etc. Mais ça fait partie du jeu et je pense que c’est sain, ça aide à se surpasser pour donner le meilleur, et au final je me dis que s’ils me rappellent c’est qu’ils ont confiance, alors c’est la meilleure récompense.

R.S : Quels sont tes loisirs ?

J.S : J’aime tout ce qui touche à l’art. Le théâtre évidemment, l’opéra , la musique classique (Mozart en tête), les marionnettes (forcément), les animaux, les fraisiers, les lasagnes et les mangues.

R.S : Merci beaucoup Julien.

J.S : Merci Reynald, heureux d’avoir répondu à tes questions.

Interview de juin 2024
Top