RSDOUBLAGE
contactez-nous

Adrien Lemaire

• Genres :
Voix Jeune adulte homme, Voix Adulte homme
• Tonalité :
Medium, Grave
• Langues parlées :
Anglais avec accent non déterminé, Anglais avec accent américain, Anglais avec accent britannique, Espagnol
• Accents :
Anglais, Espagnol

Doublage

série
2021/....
cinéma
2021
cinéma
2020
L'Homme qui a vendu sa peau (Gardien du musée)
cinéma
2021
Godzilla vs Kong (Jay Wayne)
télévision, VOD & DVD
2021
Jolt (Nerd)
série
2021/....
Ridley Road (Jeff Jones)
télévision, VOD & DVD
2020
série
2022/....
The Responder (Marcus)
série
2021/....
cinéma
2021
Marry Me (Officiant)
télévision, VOD & DVD
2020
Historias lamentables (Electricien)
série
2019/2020
Crash Landing on You (Park Kwang-beom)
série
2016/2022
Ozark (Ami de Wyatt)

Voix

Court métrage
L'homme qui voulait dormir (T.A.O. - Création de voix)
Voice-over
Marie-Antoinette (Axel de Fersen)
Voice-over
To Catch a Smuggler (Ray)
Voice-over
Total Metal (Lou)
Voice-over
What Women Want at Work (Narrateur)

Formation

2020 TitraTVS, Formation Doublage, Dir. Béatrice Delfe
2018 British Academy of Dramatic Combat, Standard exam avec Distinction
2017/2018 Mountview Academy of Theatre Arts, Master of Arts (MA) Performance (Acting) avec Distinction
2012/2015 Cours Florent (Formation professionnelle en français et Acting in English)

Langues

Anglais (Bilingue)
Espagnol (Langue maternelle)
Accents: Espagnol (Amérique latine), Anglais (US et UK)

Théâtre

2020/2021 "La Casa de Papel - The Experience" mise en scène de Olga Bargan, dans le rôle de Reykjavik. Monnaie de Paris
2018 "Al Encuentro de Babel" mise en scène d'Adrien Lemaire, dans le rôle The Boy. Teatro La Mama (Bogota, Colombie) et Londres, Royaume-Uni
2018 "As you like it" mise en scène de Jane Moriarty, dans le rôle d'Oliver. Londres, Royaume-Uni
2017 "Welcome to Thebes" mise en scène de Kristine Landon-Smith, dans le rôle de Theseus. Mountview Academy
2016/2017 "Ruy Blas" mise en scène de Constant Vandercam, dans le rôle de Don César. Tournée en France et en Belgique
2015 "Extremities" mis en scène d'Isabelle Duperray, dans le rôle de Ralph Wantage. Cours Florent
2013 "Théâtre" mise en scène de Marcus Vinicius Borja, Comédien. CNSAD

Interview

R.S : Bonjour Adrien.

A.L : Bonjour Reynald.

R.S : Tu écris sur ton CV : Anglais (Bilingue) et Espagnol (Langue maternelle). Tu ne devrais pas plutôt dire que tu es trilingue ? Et l'espagnol t'a donc été appris au berceau, mais d'où vient que tu parles couramment l'anglais ?

A.L : En effet, la question du niveau de langue, de quel mot utiliser... tout ça évolue pas mal, donc j’essaie de faire au mieux avec comment je vois les choses. Oui, je suis parfaitement trilingue, mais je ne me vois pas dire dans une conversation "je parle anglais niveau trilingue", ou "je suis trilingue en espagnol", il manque quelque chose, non ? Et, dans ce cas précis, j’ai une autre raison, plus personnelle : l’importance que je porte à l’expression "langue maternelle". Je suis fier de mon origine franco-colombienne. J’ai un rapport différent avec l’anglais. Jusqu’en 5ème, j’avais le niveau d’un ado français comme un autre. Puis ma famille a déménagé à Kyiv, en Ukraine, où j’ai vécu jusqu’à la fin de mon lycée. L’école française s’arretait en 3ème à l’époque, donc il a fallu trouver une alternative : une école internationale, où l’ensemble des cours n’était qu’en anglais. Autant te dire qu’après les premiers mois de souffrance, je parlais anglais comme je respirais. Si bien que, pendant mes études théâtrales, j’ai suivi un parcours en anglais en parallèle et je suis même parti vivre à Londres pour valider un master. Aujourd’hui j’enseigne le théâtre à l'anglo-saxonne, et dans la langue de Shakespeare !

R.S : Quelle a été ta première expérience professionnelle ?

A.L : J’étais encore en étude, et la professeure dont j’étais assistant m’a mis en relation avec une boîte de production pour une voix-off de documentaire. J’ai donc été le narrateur de la version anglaise. J’avais suivi une formation en voix-off pub, donc le micro n’était pas un étranger pour moi, mais c’était un exercice très différent ! Petite anecdote : ce documentaire avait déjà été adapté en français, et c’est Martial Le Minoux qui en était le narrateur.

R.S : Tu as été le metteur en scène d'un spectacle que tu as joué en Angleterre et en Colombie ! Comment cela a-t-il vu le jour ?

A.L : Au cours de mon master à Mountview Academy of Theatre Arts, à Londres, nous avons eu la possibilité de créer et de jouer un spectacle. A l'époque, je ne me vivais pas metteur en scène, je ne savais pas quelle direction prendre, j’étais plein de doutes. Puis j’ai trouvé : je veux créer un spectacle qui pourra se jouer dans n’importe quel pays. J’ai passé un temps considérable à donner à ce spectacle une matière qui puisse être adaptée partout. Ou plutôt, le fait de s’adapter à des langues et des cultures différentes est au centre du spectacle. Finalement, je retrouve aussi cet élément en doublage.

R.S : Qu’apprend-on dans une formation de combat dramatique ?

A.L : Tellement ! Ma formation en combat dramatique est la dernière partie de mon séjour en Angleterre. On y travaille des gestes, des chorégraphies, des règles de duels, à mains nues, à l’épée... Tout ce qui peut aider une scène de combat à rendre le mieux possible, en toute sécurité. Que seraient Zorro, Princess Bride, Ip Man, Creed, et tant d’autres, sans des acteurs formés au combat dramatique ? Et combien de comédiens je vois se blesser en voulant bien faire, mais sans avoir appris. C’est aussi un outil formidable de pouvoir accepter qu’une part de violence peut servir à son métier. C’est une formation qui touche aux points communs entre les arts martiaux et le jeu du comédien.

R.S : Comment as-tu débuté dans le doublage ?

A.L : Un énorme coup de chance. Ma partenaire a travaillé dans un lieu où elle a pu par hasard rencontrer Emma Clavel, qui m’a parlé des formations qui venaient d’ouvrir chez TVS. Je me suis inscrit et ça a été une autre grande rencontre, avec Béatrice Delfe, qui m’a lancé. J’ai eu la chance de pouvoir commencer par des petits rôles en plus des ambiances grâce à mes différents accents.

R.S : Etait-ce une discipline à laquelle tu pensais lorsque tu as décidé de devenir comédien ?

A.L : Je pensais le milieu trop fermé pour réellement y croire, mais en tant que comédien, je veux tout faire ! D’ailleurs, j’ai retrouvé il y a peu une liste du type "Professionnellement, où veux-tu en être dans 5 ans?", et dans cette liste, j’avais écrit "Travailler dans le doublage". Comme quoi...

R.S : Quels sont tes loisirs ?

A.L : J’aime les histoires, sous toutes leurs formes. Je suis particulièrement friand de jeu de rôles. Il faut croire que ça ne suffit pas d’être comédien...

R.S : Merci beaucoup Adrien.

A.L : Merci à toi Reynald.

Interview de juin 2022
Top