RSDOUBLAGE
contactez-nous

Florence Trinca

• Genres :
Voix Bambin garçon, Voix Bambin fille, Voix Enfant garçon, Voix Adolescent garçon, Voix Adolescent fille, Voix Jeune adulte femme, Voix Adulte femme
• Tonalité :
Aiguë, Medium

Doublage

série
2013/....
Blacklist (Naamah Mojtabai)
série
2013/....
Blacklist (Navarro)
série
2013/....
Blacklist (Wei)
série
2013/....
Blacklist (Vieille femme)
télévision, VOD & DVD
2021
télévision, VOD & DVD
2021
série
2013/....
Blacklist (Lana)
série
2013/....
Blacklist (Susan)

Voix

Audio conte
La route récréative
Documentaire
Après le chaos (Chaine Planète)
Documentaire
Auguste ou l'invention de la gastronomie moderne (Arte)
Documentaire
Dans la tête de Boris Johnson (Arte)
Documentaire
Le Louvre en Musique (Arte)
Documentaire
Lolita, méprise sur un fantasme (Arte)
Documentaire
Marion Motin, Danse avec la louve (Teva)
Documentaire
Syrie Le péril de Soigner (Arte)
Institutionnel
Etats de santé
Institutionnel
GPSO
Institutionnel
Yves Rocher
Musée
Musée de la vie romantique Paris
Narration
Musée de Villevieille
Publicité
Contrat jeune Engagement
Publicité
Laforêt
Publicité
Simmons
Publicité
Smartleg
Publicité
Visilab
Série audio
La fin des idoles (de N. Gaumet)

Formation

Cours Florent Training de l'acteur Actor studio
Les coachs associés
Cours de chant Yaël Benzaquen, Vincent Heden
Ina doublage./Atelier du libre artiste training doublage

Auteure et parolière

"Pinocchio le Musical", "La chanson des pirates" Olympia, "La pâquerette surprise" au point Virgule, Concert "Entendez-vous l’orchestre ?", "Norma Djinn" Théâtre Galabru, "James, les origines du capitaine Crochet"

Revues

Meneuse au Kabaret K, Bateaux Croisieurope, Cabaret du bout des prés

Théâtre & comédies musicales

"Camille C" mise en scène de J.L Moreau
Comédies musicales : "La petite sirène", "La petite fille aux allumettes", "Musical Suspect", "Le chant de coton", "Pinocchio le musical"...
"Murder Party" Théâtre Immersif- évents, Harmony Magic
"Scooby Doo et les fantômes pirates" à l'Olympia Cluedo
Orchestre "Swingin' Christmas"

Interview

R.S : Bonjour Florence.

F.T : Bonjour Reynald.

R.S : Quand avez-vous su que vous deviendrez comédienne ?

F.T : Je n 'ai pas de souvenir précis dans mon enfance, je crois que ca s'est révélé petit à petit comme une évidence. Ma sœur ainée, étant elle même dans le milieu, a eu quant à elle cette vocation depuis toujours. Dès mes 3 ans, chaque été dans notre maison de vacances, elle m'entraînait dans des spectacles de sa création pour la famille et les voisins proches. Ce fut mon premier contact avec le public. Qui sait... j'ai peut être, dès ce moment là, aimé être dirigée et vouloir retransmettre au mieux ce que l’on attendait de moi. Je sais en tout cas que, quelques années plus tard, j'ai réalisé que faire le clown en faisant rire parents et amis était une sensation dont je ne voulais plus me priver.

R.S : Comment s’est fait votre choix de formation ?

F.T : J'ai commencé à 13 ans dans une école de comédie musicale à Marseille, et dans cette formation pluridisplinaire c'est en cours de théâtre que je me suis le plus "reconnue". Là tout est devenu plus clair sans doute. Dans cette école même j'ai commencé à écrire des chansons, sous la direction de Claude Lemesle, qui malgré mon jeune âge m'a alors encouragée à poursuivre dans cette voie. A mes 16 ans je suis montée à Paris, et j'ai été reçue au cours Florent. La concrétisation a alors commencé.

R.S : Vous avez été meneuse de revue, que gardez-vous de cette expérience ?

F.T : Je trouve votre question interessante car je pense que, dans un parcours de comédienne, avoir été une meneuse en string et plumes peut évoquer parfois une fonction légère et superficielle. J'ai été une adolescente ronde et complexée, raillée par certains, et du coup tentant d'être aimée pour son esprit et son humour. Alors endosser un tel rôle était une belle revanche, surtout entourée de danseuses talentueuses et sublimes. Je dis bien "endosser" car je reviens à mon travail de comédienne, sans lequel je n'aurais pu assumer un tel défi : une fonction de femme sublimée et sûre d'elle (même si c'était loin d'être le cas.) Le costume ne fait peut-être pas le moine, mais je crois que le "déshabillé" dévoile mieux le caractère du personnage et pousse à dévoiler les atouts de sa personnalité, à être plus intense, plus drôle, à oser. Il y a quelque chose de cet ordre :  "c'est bon vous avez vu mon corps, je n'ai plus rien à cacher maintenant vous pouvez voir pleinement qui je suis". Donc cette expérience a été très enrichissante, je dirai même essentielle, elle m'a poussée à être d'autant plus présente, plus entière, plus solide dans mon engagement émotionnel et n'a effectivement rien d'anecdotique.

R.S : Vous êtes auteure et parolière également, pouvez vous en parler ?

F.T : Oui. J'écris pour raconter des histoires, inventer des personnages. Et si j’ai commencé en écrivant des chansons pour moi, le désir d’écrire pour les autres s’est vite imposé. Un auteur n’est pas limité. S’ouvre alors un champ des possibles infini de rôles et situations. J’aime aussi être ce créateur de l’ombre qui met les autres en lumière. Artistiquement, être témoin dans la salle d’une œuvre que l’on a créée, transmise par les comédiens et qui conquiert le public, fait partie des expériences les plus exaltantes que j’ai vécues.

R.S : Comment avez-vous débuté dans le doublage ?

F.T : J’ai eu la chance de faire des essais avec Pierre-François Pistorio, qui a été mon parrain dans le métier. Un grand directeur d’acteur. Il m’a tout de suite donné des petits rôles, assez différents, il a vu en moi la capacité de jouer avec ma voix et l’employer sur différents registres. Ces images m’ont permise alors de me faire connaître et d’obtenir autant des rôles de femmes mûres que d’adolescents.

R.S : Quels bénéfices avez-vous tirés de votre formation à l’Ina ?

F.T : Je ne connaissais rien au doublage, j’y ai d’abord appris les bases techniques, la bande rythmo, le dosage du volume au micro selon les situations. C’était indispensable pour moi de passer par cette étape. Une fois les bases intégrées je pouvais plus librement rentrer dans l’image sans me soucier trop de la contrainte de "la partition". Après c’est le training, la sensibilité, le travail de comédienne qui fait le reste. Chaque étape pousse encore à s’améliorer.

R.S : Quels sont vos loisirs ?

F.T : Eh bien à part courir dans le bois de Vincennes et prendre les arbres dans mes bras :)... je dirais que mon métier ne me laisse pas beaucoup le temps d’autres choses, et que l’épanouissement dans tout ce que je fais peut s’assimiler à la majorité de mes loisirs.

R.S : Merci beaucoup Florence.

F.T : Merci Reynald. J’espère ne pas avoir trop parlé. Par chance pour les DA de doublage je reste dans le cadre de ce que je dois lire dans la bande rythmo ! :-) à bientôt.

Interview de mai 2022
Top