RSDOUBLAGE
contactez-nous

Adam Karage

• Genres :
Voix Adolescent garçon, Voix Jeune adulte homme, Voix Adulte homme, Voix Senior homme
• Tonalité :
Medium
• Langues parlées :
Anglais avec accent américain, Anglais avec accent britannique, Russe
• Accents :
Anglais, Europe centrale (polonais, tchèque, hongrois, etc.), Russe

Doublage

série
2009/....
NCIS : Los Angeles (Officier de marine de 3e classe Hill)
série
2003/....
série
2021/....
The Equalizer (Victor Shishani)
série
2017/2021
Atypical (Laird)
série
2022/....
Au service du passé (Damian Abasolo)
série
2021/....
Dopesick (Courtier de prêteur sur gage)
série
2020/....
Most Wanted Criminals (Boris Paulsen)
télévision, VOD & DVD
2022
Quatre moitiés (Capitaine de bateau)
série
2021/....
The Equalizer (Frank Jacobs)
série
2017/2021
Atypical (Niles Blanderman)
série
2020/....
Most Wanted Criminals (Cameron Early)
série
2005/....

Voix

Voice-over
Portals to Hell - The Stephenson Building (Discovery Investigation)
Voice-over
Wheeler Dealers : Dream Car (Saison 2, ép. 1 & 2)

Formation

2020/2021 "Actor's Studio / Pinewood Studios" Master Class en jeu face caméra, Iver, Royaume-Uni
2019/2020 "Ecole Côté Cour" Jeu face caméra / écriture de scénarios, réalisation, Paris
2017/2019 "Ecole Acteurs Artisans" Cours d'art dramatique, Paris
2013/2015 "Acting International" Cours d'art dramatique, Paris
Tytan Prod - 56h / Rhinocéros - 45h / I.M.D.A. - 35h / Studio Capitale - 20h

Chant

Variété française, Pop
Voix : Ténor

Cinéma

2021 "La plus précieuse des marchandises" réalisé par Michel Hazanavicius, dans le rôle de Colonel
2020 "Tout le monde a le droit au bonheur" réalisé par Franck Llopis, dans le rôle de Mr Borovsky

Courts métrages

2019 "Objectif santé" réalisé par Elisa Foudral, dans le rôle du Docteur Lukas
2017 "Fame and Pride" réalisé par Yanis Boguelle, dans le rôle du réalisateur

Langues

Français (langue maternelle)
Anglais US (accent Natif)
Anglais UK (accent Natif)
Russe (accent Natif, mère russe)

Publicités

2020 "Sunrise"

Télévision

2021 "Des crimes presque parfaits" émission de Patrick Schmidt et Pauline Verdu, dans le rôle d'Emile Buisson. Planète+ Crime Investigation
2020 "Des crimes presque parfaits" émission de Patrick Schmidt et Pauline Verdu, dans le rôle de Charles Mestorino. Planète+ Crime Investigation

Théâtre

2022 "Le premier pas" d'Eugène Labiche - mise en scène d'Erwan Bleteau, assisté par Hélène Bordes. Théâtre du Gouvernail
2021 "Devine qui vient dîner ?" de Jean-Cyril Bermond, dans le rôle d'Oscar. Théâtre Darius Milhaud, Paris
2019 "Un jeune homme pressé" d'Eugène Labiche, dans le rôle de Pontbichet. Café de la Gare, Paris
2017 "Monsieur Première-minute-et-demie" One man show de Hanokh Levin. Café de la Gare, Paris
2015 "L'école des femmes" de Molière, dans le rôle d'Arnolphe. Théâtre Edgar, Paris
2014 "Les deux timides" d'Eugène Labiche, dans le rôle de Jules Frémissin. Café de la Gare, Paris

Interview

R.S : Bonjour Adam.

A.K : Bonjour Reynald, merci pour votre accueil.

R.S : Vous avez vécu à Boston jusqu’à vos 22 ans. Pourquoi n'êtes-vous pas resté aux USA et avez-vous continué votre parcours en France ?

A.K : Je me suis rendu compte tout simplement que culturellement je suis beaucoup plus attaché à la France qu’aux USA. J’aime mieux le mode de vie français et, même si je voyage fréquemment, le quotidien de chez nous me manque. D’autant plus qu’en Amérique il est très important d’être d’une robustesse inébranlable, je trouve, surtout en tant qu’artiste, car la vie y est beaucoup plus dure qu’ici lorsque l’on est à ses débuts. En France nous avons de la chance car même les artistes qui n’ont pas atteint de grands succès peuvent vivre de leur métier grâce à l’intermittence. Chose qui n’existe pratiquement pas en outre-mer.

R.S : Comment avez-vous commencé professionnellement ?

A.K : Aux Etats-Unis ma vie de comédien ne se résumait qu’à des spectacles de troupes bénévoles et des courts-métrages amateurs. J’ai commencé à faire ce métier vraiment professionnellement lorsque je suis rentré me réinstaller en France. Mes débuts ont été marqués surtout par de nombreuses reconstitutions historiques tant à Londres qu’à Paris, quelques pièces de théâtre, ainsi que des publicités diverses.

R.S : Vous avez cette très grande chance d'être trilingue de manière native, et vous travaillez entre Paris et Londres, donc en français et en anglais. N'avez-vous jamais eu l'occasion de travailler aussi en russe ?

A.K : Depuis 2019, je travaille périodiquement en tant que comédien russe avec une production basée à Londres et qui a souvent des contrats avec les pays de l’ex URSS. Je donne des conférences en zoom à des employés d’entreprises russophones et pendant lesquelles j’incarne différents personnages fictifs pour aider leur processus de brainstorming. En outre, il y a un mois, j’ai également joué un personnage russe dans le dernier film de Michel Hazanavicius dont la sortie est prévue pour 2023. Donc, en effet, jouer en russe, cela m’arrive de temps en temps et c’est intéressant car je me transforme complètement.

R.S : D'où vient, d'ailleurs que vous avez de manière native à la fois les accents anglais et américain (ce qui vous rendrait presque quadrilingue !) ?

A.K : L’anglais américain s’est développé chez moi naturellement puisque j’y étais très petit et c’était la langue que je parlais avec mes amis. Lorsque j’ai trouvé un agent à Londres il y a quelques années, et quand j’ai eu la chance de prendre part à des cours d’art dramatique à l’Actors Studio de Pinewood, j’ai eu une longue période de réflexion à un moment donné où je me suis demandé si je ne pouvais pas tenter d’assimiler l’accent britannique au point de ne plus me distinguer des natifs. Je me suis lancé le défi et je me suis entraîné pendant 2 ans. Ma motivation venait également en grande partie de la passion que j’ai toujours éprouvée pour les langues.

R.S : Comment êtes-vous arrivé au doublage ?

A.K : Par ma simple volonté et passion qui m’ont conduit à faire des formations et à démarcher. Mon parcours dans le doublage et la voix-off a commencé à la fin de l’année 2020. Un jour, par le plus grand des hasards, l’univers m’a envoyé Maïk Darah qui, en me croisant pendant sa pause cigarette, a décidé de m’offrir directement un rôle dans sa prochaine série. Je n’avais même pas encore fait d’ambiances. Ce genre de geste fait partie des choses que l’on n’oublie jamais. Je porte Maïk dans mon cœur depuis et je suis infiniment reconnaissant de l’avoir rencontrée. Je suis fasciné par le doublage et je trouve ce milieu merveilleux. C’est un domaine où, en l’occurrence, je peux dire que je n’ai pas du tout l’impression de travailler une fois sur le plateau. C’est magique et cela me rend heureux. Je suis avide de l’explorer davantage.

R.S : C'est une discipline quasiment inconnue aux USA, si je ne me trompe ?

A.K : Effectivement, aux USA le doublage reste rare si ce n’est pour quelques dessins animés d’exception provenant de l’étranger. Habituellement, les œuvres audiovisuelles étrangères sont sous-titrées. Tout comme dans les pays scandinaves.

R.S : Quels sont vos loisirs ?

A.K : Aussi étrange que ça puisse sonner, je suis un grand gourmand des langues. Au point que, quotidiennement, ça en devient presque une forme de loisir. Alterner entre le français, le russe et l’anglais dans deux accents n’est pas une chose simple et il faut beaucoup d’entraînement pour les maintenir toutes en forme. Donc, je dirais qu’un de mes principaux loisirs est le fait de graisser constamment mes facultés linguistiques. C’est un travail de tous les jours, mais au fil des années c’est devenu ma routine et j’en tire une très grande satisfaction. Les langues sont de vraies sciences à elles toutes seules car elles évoluent constamment et il y a toujours de nouvelles choses à apprendre. C’est un travail sans fin et c’est ça qui me captive. A part cela, j’aime beaucoup la natation et la lecture.

R.S : Merci beaucoup Adam.

A.K : Merci à vous également, Reynald.

Interview de février 2022
Top